L'épreuve cadets s'est rapidement décantée suite à une attaque dès les premiers kilomètres du Durtalois Q. Thibault. Sous l'impulsion des Lionnais bien représentés au départ, une échappée de 7 coureurs se formait. Le Saumurois N. Dupuis s'isolait durant plusieurs tours devant le reste du groupe. Il sera finalement repris à 3 tours de l'arrivée. L'échappée des 7: L. Benoist, M. Chevallier, T. Tourneux, M. Orillard (tous du VC Lionnais), N. Dupuis (PC Saumurois), Q. Thibault (Durtal VS) et M. Martin (Redon OC); ne se départagera pas; malgré quelques attaques dans les derniers kilomètres. La longue ligne droite d'arrivée annonçait une arrivée au sprint entre ces 7 garçons. Le Saumurois Dupuis s'imposait d'une roue devant le Lionnais Benoist et le Durtalois Thibault. A noter que 4 jeunes filles avaient eu le courage de s'aligner au départ et que la Franciliaine  O. Goergen prend une belle 14ème place devant Y. Corbineau.
 
L'épreuve 2-3-J a connu un début de course très rapide. L'homme de St Herblain, K. Lorent tentait seul une échappée qui durera plusieurs tours. Derrière, les nombreuses contre-attaques des coureurs angevins allongeaient le peloton qui se rompaient en plusieurs groupes et se regroupaient après plusieurs kilomètres. La mi-course voyait une attaque sérieuse de 5 coureurs qui réussissaient à distancer leurs poursuivants. Le peloton éclatait en de multiples petits paquets. Nos 5 coureurs d'expérience; S. Delestre (EVAD), V. Freulon (Team U Anjou), D. David (Sablé Sarthe C), R. Bastien (AC Vallée de la Sarthe) et G. Béranger (VS Vallet), creusaient l'écart sur des poursuivants qui n'étaient pas pour autant résignés. L'entente moyenne dans ce groupe faisait que G. Béranger distançait ses camarades durant plusieurs tours. On le pensait parti vers la victoire tant son coup de pédales était facile et l'écart atteignait alors la minute. Il n'en était rien. Celui qui mérite le titre de plus combatif du jour était finalement repris dans les 5 derniers tours. Victime de ses efforts, il rétrogradait même dans le contre.
Dans les 2 derniers tours, R. Bastien, profitant de l'inattention de ses adversaire s'isolait en tête. A la cloche, il devançait de 15 secondes ses poursuivants. Tout était encore possible. Bastien résistait et pouvait lever les bras en haut de la ligne d'arrivée, et savourer cette victoire qui ne doit rien à personne.